Des chercheurs américains ont essayé de comprendre pourquoi nos états d'âme influencent nos choix alimentaires. En cause, l'envie de plaisir immédiat lorsqu'on est de mauvaise humeur.

Pas facile de résister aux sucreries et aux chips...surtout lorsqu'on est de mauvaise humeur. En partant de ce postulat, le professeur Meryl Gardner de l'université de Delaware, aux États-Unis, a décidé de se pencher sur la question et d'analyser les mécanismes et les raisons qui dictent notre façon de manger.

Les résultats indiquent que les personnes qui ont tendance à se nourrir de façon équilibrée sont souvent celles qui pensent aux bénéfices futurs du point de vue sanitaire, alors que ceux qui sont dans un état d'âme négatif vont privilégier la satisfaction immédiate de leur envies nutritionnelles. "Lorsque nous nous sentons mal à l'aise ou de mauvaise humeur, nous savons que quelques chose ne va pas et c'est logique de se concentrer sur ce qui est proche de nous physiquement et temporairement", explique Meryl Gardner.

Écouter de la musique et penser au futur

Pour arriver à ces conclusions, la chercheuse a mené quatre expériences de laboratoire avec son équipe. Le but étant de trouver un moyen de prendre de meilleures décisions alimentaires dans n'importe quel état émotionnel. Pour éviter de craquer devant un gâteau et de plutôt privilégier une pomme, la meilleure solution serait donc de penser au futur. Les résultats de l'étude prouvent qu'il est possible de choisir des aliments sains, indépendamment de son humeur.

"Si les personnes de mauvaise humeur choisissent souvent des aliments qui leur fournissent une récompense immédiate, il serait plus efficace de les encourager à améliorer leur humeur d'une autre façon", assure Meryl Gardner. "Si vous ne vous sentez pas en phase avec vous-même, au lieu de vous concentrer sur la nourriture et les étiquette, essayez de parler à des amis ou écouter de la musique", conseille-t-elle.